Chateau d’Avionpuits
boutique
équipement
pictos
encyclopédie
news
encyclopédiefiche
Chateau d’Avionpuits

Gerdami
Rue de Dolembreux
Esneux
Aywaille
Le château d’Avionpuits est extérieurement semblable à ce qu’était jadis le château de Jean-Christophe-Joseph Vander Maesen en 1757.
C’est feu André Nélissen, archéologue, qui démontra, suite aux fouilles menées sur ce site, qu’il fut fréquenté dès le paléolithique supérieur et également que la première occupation prolongée des lieux date de néolithique, époque des premiers agriculteurs de nos régions. Un vicus (Le premier sens de vicus est celui de « quartier », au sens de quartier d’une ville. Mais le sens qui nous intéresse ici est celui d’une forme réduite d’urbanisation dans le territoire rural de la Cité : c’est une agglomération secondaire (par exemple un hameaux, un village, un bourg…). De même que pour le pagus, le vicus peut aussi désigner le chef-lieu de ce petit territoire. Remarquons que le chef-lieu du pagus peut aussi être qualifié de vicus, et même le chef-lieu de la Cité peut également en être qualifié) belgo-romain se développa ensuite dans les environs. Aux premiers temps du moyen-âge, le fief d’Avionpuits relève d’Esneux ; En 1276, Avionpuits est franc-fief dépendant du duché de Limbourg, cette réalité dispensait son possesseur de pourvoir au logement des troupes en campagne et écartait ses habitants de corvées et patrouilles réclamées aux Esneutois en temps de guerre.
Les constructions les plus anciennes, et encore debout, sont imbriquées dans les murs de la ferme où une pierre porte toujours la date de 1586.
En 1794, le général Jourdan, vainqueur de la célèbre bataille de Fleurus, confie à Hyacinthe-François-Marie, benjamin du chevalier Van der Maessen, la mission de retrouver, pour les remettre aux Français, les réserves de fourrage, de denrées et d’armes réquisitionnées par les Autrichiens durant la bataille de Sprimont.
En juin 1846, à l’âge de 72 ans, son fils médecin et futur bourgmestre de Sprimont, le découvre mort au pied d’un cerisier. Son corps inerte est couché au pied d’un cerisier et il mourut l’année suivante ; Son corps fut transporté par des bateliers jusque Liège où il repose au cimetière de Robermont.
En 1854, le château fut vendu à Guillaume Dallemagne, industriel à Sclessin.
Un siècle plus tard, Monsieur Pulinx, nouveau propriétaire, y créera le centre artistique et culturel d’Avionpuits où s’organise de prestigieuses expositions. Aujourd’hui ce sont de luxueux appartements qui occupent ces lieux où se ressentent toujours les vestiges du passé.

Source : Extrait de « Vestiges de passé » par Monsieur René HENRY d'Aywaille.