Eglise Saint-Pierre de Beho
boutique
équipement
pictos
encyclopédie
news
encyclopédiefiche
Eglise Saint-Pierre de Beho
Beho
Beho
Gouvy
Ourtal
Houffalize
Eglise dont la tour remonte au 11è.
Selon la légende, un comte de Salm, rentrant de croisade, a interprété le refus de son cheval de franchir un ruisseau, comme un signe divin. Il a donc fait bâtir une chapelle dans le village le plus proche.

L’intérieur est particulièrement coloré et lumineux.
La tour carrée a été bâtie après la première croisade (1100).
Elle contient plus de 30 sculptures polychromes aux coloris très vifs.
1326 Il existe déjà une église St-Pierre à Beho. Ceci est confirmé par une bulle signée par le pape Jean XXII en Avignon.

1712 L’église menace de ruines. Il est décidé de reconstruire la nef au même emplacement en réutilisant les matériaux d’origine. Cette date est gravée au-dessus de la porte d’entrée du sanctuaire ainsi que, croit-on, les armoiries des comtes de Salm.

1713 à 1724 Les pièces principales du mobilier sont sculptées en bois de chêne par Maître Jean Georges Scholtus de Bastogne (dont il ne reste aujourd’hui qu’une piéta).

fin 18è Les dates sont martelées et rendues presque indéchiffrables par les sans-culottes français.

1954 Un incendie ravage l’église. L’architecte Maurice Robert, de Gouvy, prévoit un plan de rénovation. Il est concrétisé par Louis Marie Londot, de Namur, qui lui donne son aspect polychromique caractéristique.

10/1/1955 Le rénovation débute.

1/5/1956 La rénovation est achevée.

Légende
Un comte de Salm, rentrant de croisade, a interprété le refus de son cheval de franchir un ruisseau, comme un signe divin. Il a donc fait bâtir une chapelle dans le village le plus proche.




- Tour carrée bâtie
- Flèche élancée de section octogonale sur base carrée

- Tour occidentale en moellons blanchis ornée d’une loggia recouverte d’ardoises naturelles et d’une galerie en bois.
Elle est évasée jusqu’à sa galerie de circulation, bordée d’une balustrade et interrompue par une bretèche en bois en encorbellement sur des consoles en mascaron, le tout servant à présenter les reliques à la foule.

- Poutres de soutènement de l’ensemble ornées de figures grimaçantes et menaçantes.

- Cimetière entourant l’édifice renfermant les dalles funéraires des anciennes familles de Beho dont certaines remontent à 1638 et 1672

INTERIEUR

- + de 30 sculptures polychromes aux coloris très vifs

- 3 autels

- Chaire de vérité conservée telle qu’elle est sortie des mains de Jean Scholtus ornée des visages des quatre évangélistes, tandis que l’abat-voix est surmonté par une statuette de saint Michel terrassant le démon

Reliques

- Parcelle de la "Croix de Notre Seigneur"
- Relique de Saint-Pierre
- Relqiue Saint-Laurent