boutique
équipement
pictos
encyclopédie
news
encyclopédievilles et villages
Wéris

© Jean-Pol Grandmont
Durbuy
Durbuy
Wéris est un petit village de la commune de Durbuy, situé sur les hauteurs de l'Ourthe, à l'est de Durbuy.
Elle est connue pour son site mégalithique dont les emplacements de dolmens et autre menhirs, souvent en poudingue, s'étendent sur plusieurs hectares, jusqu'au village d'Oppagne au sud et Ozo au nord.
Il s'agit de la plus grande concentration du pays. Un musée consacré y fait la part belle au centre du village.

Son église date du 11è siècle. Un château du 17è et de nombreuses bâtisses en moellons de grès et calcaire ou en colombage, font tout le charme rustique et coquet du village. Son homogénéité et ses décorations florales lui permirent dès 1995 de faire partie des villages élus parmi les plus beaux de Wallonie.
Chambre d’hôtes Les Buissons Noisetier
Chambre d’hôtes Les Dolmens
Dolmen de Wéris nord
Ingrid Beullens
La ligne du temps
Ce dolmen a été signalé pour la première fois dans un article datant de 1879 mais il était déjà vraisemblablement déjà connu.
L’état belge acquit le terrain en 1882 et la première restauration eut lieu en 1885.
Il fut classé en 1974.
Plus récemment, des fouilles à caractère scientifique furent menées de 1979 à 1984 et de 1999 à 2001. On y retrouva des ossements humains, des tessons de poterie, des silex taillés, un grattoir, des percuteurs et des pointes de flèche.
Lors d’une nouvelle restauration effectuée en 1991, les trois menhirs furent redressés.
Il est inscrit depuis 1993 sur la liste des sites archéologiques à caractère exceptionnel en Wallonie. Depuis 2000, il appartient à la Région wallonne.
Dolmen de Wéris sud
MAT44
Ce dolmen composé d'une chambre sépulcrale collective rectangulaire enfermée entre quatre piliers sur lesquels sont posées deux dalles de couverture.

Autre appelation : Menhir d'Oppagne

Le plan du dolmen d'Oppagne ou Wéris sud (Wéris II) est similaire à celui du dolmen de Wéris ou Wéris nord (Wéris I), dont il est distant de 1500 m. Un vestibule ou antichambre, une chambre sépulcrale, une grande dalle postérieure posée à plat. Sa particularité est d'être édifié dans une tranchée creusée transversalement par rapport à la pente du terrain. Cette tranchée d'implantation a été clairement reconnue lors des fouilles. Elle était de 1 à 1,5 m plus large que le noyau du monument.

La chambre, longue de 5 m, large de 1 m près du chevet et de 1,80 m à l'entrée, et haute de 70 à 90 cm, est composée de piliers à droite et à gauche, soutenant trois dalles de couverture (contre deux à Wéris I) et de la dalle de fermeture du chevet .
Les intervalles entre les piliers devaient être bouchés par un remplissage de blocailles.
Derrière l'allée, la fonction de la grande dalle posée sur le sol n'a pas été résolue.

1888 Le dolmen est découvert par un paysan qui labourait son champ à 300 m environ, en face du menhie Danthinne. Il s'agit probablement de Félix Lambert, fils d'Antoine Lambert, cultivateur à Wéris. Il buttait constamment avec sa charrue en labourant sur des pierres enterrées profondément. Le dolmen a été édifié dans une tranchée et recouvert d'un tertre.
Félix et son frère décident alors d'éliminer ces obstacles. Ils commencent à dégager les pierres supérieures. Félix constate alors la similitude avec la disposition du dolmen de Wéris, découvert quelques temps auparavant. Il comprend qu'il vient de mettre à jour le dolmen Sud : le Dolmen d'Oppagne.
Le commissaire-voyer de Barvaux Charneux continue le dégagement du monument.

1890 Orban vide la chambre sépulchrale emplie de sédiments. L'Etat belge acquiert le monument et sa parcelle. On mène alors plusieurs campagnes de fouilles.

1906 Une nouvelle campagne de fouilles se déroule sur le site par de Loë et Rahir.

1987 De nouveaux sondages sont menés par le Service national des Fouilles.

1996 Un chemin dallé de plaquettes de grès-psammite et de calcaire est découvert. Ce chemin faisait probablement le tour de l'édifice.
Il est conservé une portion d'un peu plus d'un mètre carré, le long du côté gauche, et deux dalles en place sont repérées de l'autre côté (le dallage est endommagé, certainement par les fouilleurs du 19è)
On lui attribue un rôle rituel.

1997 La Direction de l'Archéologie de la Région wallonne mène de nouvelles fouilles. 4 menhirs sont redressés sur base d'infos fournies par des fouilles. Des ossements sont découverts. Ils indiquent que 9 personnes au moins y ont été inhumées.
Des morceaux d'un vase sont également retrouvés. Ils sont datés entre 2870 et 2300 avant JC, à l'âge du néolithique.
On y retrouve également un grattoir, un racloir et un percuteur, une pointe de flèche à pédoncule, et des tessons de poterie typiques de la "Civilisation des Gobelets", trace possible de la réutilisation ultérieure du site par rapport à l'origine.
Le dolmen est restauré dans la mesure du possible dans sa configuration originelle. Il est mis en valeur et il est sécurisé.
Eglise Sainte-Walburge de Wéris
Jean-Pol Grandmont
Eglise romane qui date de 1050, dont les 3 nefs se terminent par un choeur semi-circulaire flanqué d’une chapelle gothique (16è) et de la sacristie (20è).

Autrefois, l’épaisse tour carrée servait de refuge aux habitants.

Elle subit d’importantes modifications aux 16è et 17è siècle.

A l’intérieur se trouvent une statue de Sainte-Walburge (16è), une statue de Saint-Roch (école de Deltour), une Vierge à l’Enfant (école de Deltour) ainsi qu’une Théothèque gothique.

Le Chemin de croix est de N.RANDAXHE (1972).
Gîte Au Charme du Passé
Gîte Boda
Gîte El Cwene
Gîte Lamy
Gîte L’Aube Claire
Gîte Remoleu (Le)
Gîte le Brou
Menhir Danthine
Jean-Pol Grandmont
Ce menhir de 3,6 m de haut pèse environ 8 tonnes. Il est érigé le long de la grand route Barvaux - Erezée.

17è Plusieurs menhirs dont celui-ci sont culbutés et enfouis par les paysans car ils gênent l'exploitation agricole.

1877 Une note écrite quelque temps auparavant par le juge Geubel décrit la pierre et leur enfouissement. Il s'agit de renseignements donnés par le bourgmestre de Wéris : Monsieur Pironet.

1946 Le menhir est découvert. Il mesure 3,60 m de haut et pèse environ 8 tonnes.

1947 Il est placé le long de la route Barvaux - Erezée par l'archéologue Hélène Danthine, à 130 m au sud-ouest de son emplacement initial.

1983 2 autres menhirs sont dégagés à 50 m du précédent et transplantés sur la parcelle du domaine de Wéris.
L'un d'eux avait été brisé et basculé dans une fosse d'enfouissement : sa base est toujours en place. Il a une hauteur de 2,15 m après reconstitution.
L'autre menhir, érigé à 1 m au sud du précédent, dans une fosse délimitée sur trois côtés par des blocs de calage et sur le 4ème par une dalle. Dressé, il mesure 2,34 m.
Ces deux menhirs ne peuvent être redressés à leur emplacement originel. Ils sont entreposés dans la parcelle du dolmen de Wéris, derrière le monument.
Les deux menhirs sont ramenés à Wéris I.
D'autres blocs sont également répertoriés par le géologue Xavier Stainier mais certains ont disparus, pour des besoins plus pragmatiques liés à l'agriculture.
Monument aux morts de Wéris
Monument dédié aux morts des deux guerres mondiales.
Il est construit en poudingue local, matériau naturel, comme les pierres mégaltihiques, qui combine le grès, le quartzite et le silex.
Musée des Mégalithes
Jean Housen
Musée illustrant la vie quotidienne et les pratiques funéraires des sociétés néolithiques d'agriculteurs éleveurs, bâtisseurs des mégalithes en Europe occidentale.
On y présente du matériel archéologique, des maquettes, des panneaux didactiques.
On y projette une cassette video sur le néolithique.
Des expositions temporaires ont également lieu.
Restaurant La Pierre Levée