boutique
carte
équipement
pictos
encyclopédie
home
encyclopédievilles et villages
Baraque Michel
Jalhay

© Boskoyevsky
Hautes Fagnes
Etymologie : Thèse de B. Willems et J. de Walque : Toponyme préexistant à la création de l'auberge. Baraque < Braque < Brack ou Wrack = Terre inculte.
Thèse de J.-M. Klinkenberg : Pas d'attestation historique pour la forme Brack, l'origine est simplement la fondation d'une maison par le dénommé Michel Schmitz en 1798.
Abri du Pont de Bèleu
© mini-ardenne
Renseigné comme "Pavillon de chasse" cet abri est le bienvenu pour quelques moments de détente.
Ancien Vivier
Auberge Restaurant La Baraque Michel
© Wikoli
Le Phare de la Fagne
En 1798, Michel Schmitz, un allemand fasciné par la Fagne, vient habiter à Herbiester (Jalhay).

De 1811 à 1813, Fondation de l'auberge de la Baraque Michel par le tailleur Michel-Henri Schmitz de Sinzig (Rhénanie). Quelque peu à l'est de l'emplacement actuel.

Le fondateur meurt en 1819. Henri-Joseph, son fils, reprend le flambeau.

En 1826, Henri-Toussaint Fischbach, un notable malmédien, acquiert quelques lopins de terre autour de l'auberge.

En 1827, une cloche est installée sur le bâtiment à l'initiative de Fiscbach. Elle est utilisée par temps de brouillard pour donner un point de repère acoustique au visiteurs égarés La famille Schmitz est chargée de veiller au grain.
126 personnes témoignèrent dans le "livre de fer", le registre des visiteurs qui se sont retrouvés grâce à la cloche, avoir été sauvés.

En 1837, Henri-Joseph Schmitz se marie. Il aura 4 enfants.

Mort de Henri-Joseph Schmitz meurt en 1853. Sa veuve gère l'établissement, puis son fils Michel-Henri-Joseph Schmitz, devenu adulte.

En 1854, les Schmitz construisent une nouvelle auberge, à l'emplacement actuel.

En 1856, on construit la route Eupen-Malmédy. La cloche perd son utilité. L'auberge sert de relais à la malle-poste prussienne.

En 1886, c'est la fin du service de relais à la malle-poste prussienne.

En 1889, un incendie ravage le bâtiment.

En 1894, Michel-Henri-Joseph Schmitz s'éteint. Sa femme Anne-Marie Wey reprend l'auberge.

En 1896, Anne-Marie Wey quitte. Auguste Cremer devient propriétaire. Puis d'autres propriétaires se succèdent.

Depuis 1954, le café-restaurant-hôtel est exploité par la famille Bodarwé.
Belle Croix
© mini-ardenne
Croix en plein chêne porant un Christ sculpté. On l'appelle aussi Croix du Souvenir.
Elle a une hauteur de 5.50 m.
Le socle conique en béton est orné de trois broches solides symboliques au pied dans lequel la croix est scellée.
De chaque côté, un bas relief logé dans un pan de mur continu gravé dans du calcaire de la Moselle française, rappelant les deux anciennes constructions disparues du sabotier.
Côté gauche : la première cabane en bois datant de 1875
Côté droit : l'auberge plus récente datant de 1877.
Le pan de mur supportant les bas reliefs est irrégulier et sans doute voulu afin de rappeler le construction primitive du sabotier François.
Lors de sa construction, un inconnu vient écrire sur la porte de la hutte voisine du lieu où dorment les maçons : "Mon Dieu, si je vous ai offensé, pardonnez-moi" et il dépose sur le seuil un beau crucifix en bois. Ce Christ apposé sur la façade a donné son nom au bâtiment : l'Auberge de la Belle Croix.
Sur le montant vertical de la croix, au pied du Christ, inscription du mystérieux donateur de 1877 :
Mon Dieu, si je vous ai offensé, pardonnez-moi.
Borne 150 de la Vecquée de La Baraque Michel
Borne 151 de la Vecquée de La Baraque Michel
Elle jouxte la croix des Fiancés.
Borne 152 de la Vecquée de La Baraque Michel
Borne 154 de la Baraque Michel
Sur ce chemin il y a deux autres bornes portant les numéros 155 et 156 jusqu'à la source de Périgny.
Borne 154 de la Vecquée de La Baraque Michel
Borne 155 de la Vecquée de La Baraque Michel
Borne 156 de La Baraque Michel
Chapelle Fischbach
Situation : A 100 m au sud-est de la Baraque Michel.
Colonne Panhaus
Erigée en 1566 afin de servir de point de repère à travers la fagne.
Croix Hauglustaine
Croix Janssens et Pairoux
© mini-ardenne
Croix en bois érigée en 1957 à la mémoire de 2 pilotes de la Force aérienne belge, J. Janssens (23 ans) et J. Pairoux (27 ans), tombés le 5 décembre 1956.
Croix Jean Joseph Gazon de la Baraque Michel
A la mémoire de Jean Joseph Gazon de Sourbrodt mort dans les neiges le 22 décembre 1856.
Croix Les Arsins
Croix Mockel
Croix en pierre, repère d'anciennes cartes, érigée à la mémoire de Jacob Mockel, forestier Limbourgeois, assassiné à cet endroit en 1626.

"Jacob Mockel Foe
rster alherr jamerlich
ermordet
1626"
Croix Noël
© mini-ardenne
Stèle érigée à la mémoire de Henri Noël, décédé inopinément à cet endroit le 1 août 1892, le long de la RN 68
Croix Pikray
Croix érigée à la mémoire de Pierre Pikray, de Solwaster, retrouvé enlisé dans une tourbière en 1882.
Croix des Américains de Gayetai
La croix des Américains a été plantée, en 1962 à la mémoire de l'équipage d'un avion américain tombé à cet endroit en décembre 1944.
Croix des Fiancés
© mini-ardenne
Drame en Hautes Fagnes
Croix érigée à la mémoire de deux fiancés disparus tragiquement dans la Fagne.
Le 21 janvier 1871, François Reiff, de Bastogne, terrassier à la construction du Barrage de la Gileppe (32 ans) et Marie Josèphe Solheid, de Xhoffraix, servante à Halloux (24 ans), quittent Jalhay, où ils avaient fait une halte dans un café pour se rendre à Xhoffraix afin de se procurer les documents nécessaires à leur mariage.
Une tempête de neige éclate. Marie, épuisée ne peut plus continuer.
François part chercher du secours mais il s’égare et succombe à son tour.
Le 13 mars, on retrouve le corps de François à 3 km de la borne, dans les Biolètes Fagnes, près de Solwaster.
Le 22 mars, un douanier prussien retrouve le corps de Marie près de la borne.
La première croix érigée à leur mémoire date de 1893.
Croix du Prieur
© mini-ardenne
Croix en chêne, portant un Christ en bois sculpté. Elle remplace depuis novembre 1950 une croix datant de 1566 qui avait été placée pour marquer la limite entre Jalhay (Franchimont) et Ovifat (Stavelot).
Fagne Les Potales
D'une manière générale on désigne par le mot "Potale" un trou rempli d'eau.
Fagne de la Poleûr
© mini-ardenne
Fagne de 54 ha utilisée comme réserve naturelle éducative et expérimentale par le Centre de recherche de l'Université de Liège.
Elle est parcourue par un sentier didactique de 2,5 km, accessible même par drapeau rouge. Il est aménagé pour les personnes moins valides.
Elle est située dans la zone d'assuintement de la Hoëgne.
On y a exploité la tourbe jusqu'au 20è siècle puis on y a introduit l'agriculture et le pâturage. L'épicéa y a été introduit massivement jusque 1970.
Fontaine Périgny
L’une des sources de la Helle.
Elle est restée anonyme jusqu’au 19è siècle.
Son nom provient du comte de Périgny, sous-préfet de Malmedy.
De 1815 à 1919, elle a servi de repère frontalier entre les Pays-Bas et la Prusse.
Fontaine au Pa
Source connue sous ce nom depuis des siècles.
Selon J. Feller, son nom pourrait signifier "Fontaine au pal" (ou pieu), étant jadis sans doute signalée à l'attention par un poteau.
Fontaine au Saule
"Fontaine au Saule" servant jadis à l'abreuvage des troupeaux de Jalhay.
Grande Fagne
© Jean-Pol Grandmont
Cette vaste tourbière s'étend de la Baraque Michel aux sources de la Sawe.
Elle fait partie de la commune de Jalhay.
Elle fait partie de la Réserve naturelle domaniale des Hautes Fagnes depuis 1957, lors de sa création.
Son altitude varie de 560 à 670 mètres.
La Fagne Leveau est la partie située à l'ouest de la N68 Eupen - Baraque Michel - Malmedy.
Le replat à son sommet est le lieu-dit "Trous Brôli", empli de sphaignes et de molinies.
Elle porte encore ça et là les stigmates d'un gigantesque incendie qui a eu lieu en 1911.
Herbofaye
Lieu-dit couvrant la région où prend naissance le ruisseau du même nom.
Herbofaye < Herbold (Nom germanique) et faye (Fagne pour l'abbé Toussaint, Hêtraie pour A. Christiane) = La fagne ou la hêtraie de Herbold.
Cette thèse est réfutée par J. de Walque qui présuppose qu'il n'est pas possible que si ce toponyme date de l'époque franque, une appellation privée lui ait été donnée alors qu'il s'agit d'un lambeau de terre sans intérêt à cette époque.
Il rapproche plutôt "Herbô" de "Werbô" signifiant "Ruisseau du sommet", ce qui correspond mieux à cette aire vaste et indéterminée s'étendant alors jusqu'à la Helle et au Ru de la Poleûr. Ceci correspondrait alors à la première citation connue "Eirbôfay" (1461).
Hêtre Gulpin
Arbre repère célèbre dont le souvenir est perpétué par quelques jeunes hètres plantés en 1970 par " les Amis de la Fagne" et les Forestiers.
L'un de ces jeunes arbres deviendra un jour le nouveau "Vulfingi Fagus".

Selon J. de Walque, "Gulpin" (ou "Joulpin") :
Nom attesté d'ancienneté dans ce secteur, est une forme romane à peine évoluée du "Vulfing" (ou "Wulping") germanique.

L'appellation de ce hêtre proviendrait , non pas d'un nom de personne mais de la marque emblématique qu'on y aurait suspendu à l'origine, selon la coutume franque et qui aurait été un "Wolfsangel" sans doute un épieu de chasse au loup; sacralisé de la sorte l'arbre devenait intangible

En 670, l'arbre sert déjà de point de repère, à l'époque de la délimitation du domaine de l' Abbaye de Stavelot.

En 915, l'arbre est mentionné dans une charte fixant les limites du domaine de Theux (évêché de Liège).
La Vecquée à la Baraque Michel
Ce parcours est truffé de bornes frontières en pierre qui marquaient la frontière entre la Prusse et la Belgique.
Le Glacier de la Baraque Michel
Les Trous Brolis
Monument Albert Bonjean
© mini-ardenne
Haute stèle en bas-relief de bronze figurant Albert Bonjean (1858-1939), avocat et écrivain verviétois, chantre fagnard très connu.
Monument des Américains du Gayetai
© mini-ardenne
Hélice d'avion surmontée d'une croix commémorant la mort des aviateurs américains à bord de deux C-47 survenue lors d'une collision de deux avions perdus dans la brume le 6 avril 1945.
Le monument est entretenu pat le Centre d'Archéologie Militaire d'Ensival.
Pavée de Charlemagne de la Baraque Michel
Ancienne voirie qui actuellement sert de limite entre les communes de Jalhay et Baelen. Elle va de l'allée du Grand Fossé pour rejoindre la RN 68 et la route de Porfays à Drossart.
Piste de ski de la Baraque Michel
Poleûr
© mini-ardenne
Cours supérieur de la Hoëgne portant l'appelation "Poleûr" ou "Polleur" jusqu'à la confluence avec le Ruisseau de Herbôfaye.
Etymologie :
Poleûr < Poleda (ancien hydronyme d'origine probablement celtique)
Thèse de A. Carnoy : Polleur < Pôlithia (germanique) < Pôl = Flaque, marécage
Pont de Waroneux
Potales (les)
© mini-ardenne
Etendue fagnarde.
Potale : Trou rempli d'eau
Ici : Fosse d'extraction de tourbe exploitée jadis intensément par les habitants de Jalhay.
Rivière de La Gileppe
Le ruisseau de la Gileppe fait office de limite territoriale entre les communes Jalhay et Baelen.
Ru de Herbofaye
© mini-ardenne
Ruisseau prenant sa source près de la Baraque Michel et se jetant dans la Poleür au niveau du lieu-dit "Les Mousseux".
Ce ruisseau est aussi dénommé ruisseau de
Sous l'Ancien régime, le ruisseau se trouvait dans le territoire de l'abbaye de Stavelot - malmedy. Les troupeaux du Pays de Franchimont (Jalhay et Sart) ont le droit de s'y abreuver en temps de sécheresse.
Sart Lurö
Stèle Angenot
© mini-ardenne
Stèle posée par les Amis de la Fagne à la mémoire de Henri Angenot (1861-1943).
Stèle de la Réserve
Stèle des Amis de la Fagne
© mini-ardenne
Stèle édifiée à la mémoire de 4 amis de la Fagne : A. Libert (1782-1805), A. Bonjean (1858-19, J. Bastin (1870-1935), E. To (1882-1954).
Albert Bonjean est le fondateur du premier groupement de défense de la Fagne en 1910. En 1935, il parraine la création de l'ASBL "Les Amis de la Fagne", dont il reste le Président d'honneur.
Tour d’observation de la Baraque Michel
Tour en bois avec escaliers datant de 1909.
Elle a servi en sus durant la guerre de 1914-1918 de tour de guet.
Actuellement elle est démolie pour cause de sécurité.
Wéz (les)
© mini-ardenne
Etendue fagnarde.
Wéz < Gués
Différents chemins ont en effet franchi la Helle en ces parages : Le Grand chemin de Néau (Eupen - Sourbrodt)
et la Voie romaine sur madrier (Sud des Wéz)