mini-ardenne
connexion
Se connecter






×
Pas encore inscrit ?

Mot de passe oublié ?

Formulaire d'inscription








10 + 2 =

Un e-mail va être envoyé à cette adresse.
Il contient un lien sur lequel vous pourrez cliquer pour activer votre inscription.


×
Réinitialisation du mot de passe
Un e-mail automatique va être envoyé à l’adresse sur laquelle vous vous êtes inscrit.

En cliquant sur le lien qu'il contient, vous pourrez ensuite régénérer un nouveau mot de passe.


×
Chapelle Saint-Thibaut de Marcourt
Chapelle Saint-Thibaut de Marcourt
CC BY 3.0 Jean-Pol Grandmont
Pont de Marcourt
Marcourt
Rendeux
Pour les ventres trop tendus...

Ce site exceptionnel situé sur un éperon rocheux de l’Ourthe est occupé depuis la préhistoire.
Ensuite, les seigneurs du Comté de Montaigu y ont édifié un château au 11è siècle et ce jusqu’en 1413.
La disparition du château fait suite à un incendie.
A part quelques fondations encore visibles, il n’existe plus de nos jours mais une chapelle castrale a été bâtie à leur emplacement, par l’abbé Charles Jamotte, en 1639. Elle fut consacrée le 27 septembre 1660.
Comme relique, on y trouve un morceau de la tête de Saint-Thibaut ainsi que de la Sainte-Croix. C’est un pèlerin et ermite qui est mort en 1066 et canonisé en 1073.
Le maître-autel a été offert en 1730 par Jean Ernest de Loewenstein.
La statue du Christ en croix et la Vierge datent quant à elles du 17è.
Près de la chapelle se trouve un bâtiment pour y accueillir les pèlerins : l’ermitage. L’ermite Fulgence Meunier, de l’ordre de Saint-Benoît, y vécut jusqu’à sa mort en 1929. Il fit 3 fois le trajet vers Saint-Jacques de Compostelle pédestrement.
Le dernier ermite, Jean-Gabriel Lardinois y est décédé en 1968. Il vivait des dons des pèlerins.
Autrefois haut lieu de pèlerinage, surtout lors du jour de l’Annonciation (25 mars), de la Sainte-Croix (3 mai) et de la Fête de Saint-Thibaut (1 juillet), il subsiste aujourd’hui celui du 1 julllet ou du premier samedi du mois.

La légende raconte que Saint-Thibaut passa quelques années solitairement dans les bois de Marcourt.
On le prie pour guérir la fièvre lente ou encore lorsqu’on a commis quelqu’excès lors d’un repas !
Le Père Charles Jamotte, fondateur de la chapelle, l’évoquait dans son recueil de saints guérisseurs qui est paru en 1669 : Il a l’må d’Sint-Tîbå ! I beût bin èt i n’magne nin må ! Ce qui signifie en wallon : Il a le mal de Saint-Thibaut ! Il boit bien et il ne mange pas mal !
Pour conjurer ce mauvais sort, on fabriquait une croix avec deux branches. On la jetait ensuite dans la fontaine miraculeuse ou on l’accrochait dans les branches du frêne situé juste au-dessus de la fontaine. Il subsiste aujourd’hui son tronc vermoulu et rempli de mousse.
Préhistoire : avant -3000 (premières écritures)
Antiquité : -3000 à 476 (chute de l'empire romain d'occident)
Moyen-Age : 476 à 1453 (chute de l'empire romain d'orient)
Temps modernes : 1453 à 1789 (Révolution française)
Epoque contemporaine : 1789 à 1945 (Fin de la seconde guerre mondiale)
Histoire récente : 1945 à nos jours
11è siècle
Les seigneurs du Comté de Montaigu édifient un château sur la colline en rive gauche de l’Ourthe.
1066
Mort de Saint-Thibaut, pèlerin et ermite.
1073
Saint-Thibaut est canonisé.
1413
Le château disparaît à la suite d’un grave incendie.
1639
L’abbé Charles Jamotte édifie une chapelle castrale à l’emplacement de l’ancien château.
27/9/1660
La chapelle est consacrée.
1730
Le maître-autel est offert par Jean Ernest de Loewenstein.
1929
L’ermite Fulgence Meunier, de l’ordre de Saint-Benoît, meurt à Saint-Thibaut. Il a fait 3 fois le trajet vers Saint-Jacques de Compostelle pédestrement.
1968
Le dernier ermite, Jean-Gabriel Lardinois, qui vivait du don des pèlerins, décède à Saint-Thibaut.
Ajouter à mes favoris
1
carte
Deux Ourthes
1
balade
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)
CC0 Romaine
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)
Marcourt 0.8
km
6.6

Sur les traces des ermites
1
2
POI proches
CC BY-SA 2.5 Jean-Pol GRANDMONT
Marcourt 0.8
Les soubassements de ce château du 17è siècle sont en grès. Les façades sont à colombages et le toit est piqué de lucarnes et de girouettes.
Warisy 1
Cette église fut construite de 1874 à 1878.
A l’intérieur, la chaire de vérité date du 18è.
Les statues de Saint-Roch et de Saint-Grégoire datent de 1700 et proviennent de l’église de Jupille.

CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Marcourt 0.9
Eglise classée du 17è, érigée à l’emplacement d’une ancienne bâtisse, certainement d’origine romane.
La nef de 4 travées est terminée par un chevet à 3 pans.

CC0 Romaine
Marcourt 0.1
Cette source est située en contrebas de la chapelle Saint-Thibaut.
Les pèlerins y pratiquaient des ablutions en y plongeant les membres malades ou en buvant son eau.

Marcourt 0.9
Cette table de pique-nique est située au fond du parking près de l’église.
Warisy 1
Cette aire de repos avec tables de pique-nique est située près de la fontaine.
0.8
Une table de pique-nique au fond d’une ruelle menant en contrebas du village.
Marcourt 0.8
Une table de pique-nique près du pont sur l’Ourthe.