mini-ardenne
menu
connexion
mon panier

Voir toutes mes balades

Ajouter ma balade

Gérer mes favoris
Voir mon profil

Gérer mon profil
×
Se connecter






×
Pas encore inscrit ?

Mot de passe oublié ?

Formulaire d'inscription








5 + 9 =

Un e-mail va être envoyé à cette adresse.
Il contient un lien sur lequel vous pourrez cliquer pour activer votre inscription.

Vous pouvez désormais ajouter vos propres balades !
×
Réinitialisation du mot de passe
Un e-mail automatique va être envoyé à l’adresse sur laquelle vous vous êtes inscrit.

En cliquant sur le lien qu'il contient, vous pourrez ensuite régénérer un nouveau mot de passe.


×
×

Découvrez cette région de fond en comble avec des dizaines de combinaisons de balades personnalisables sur notre carte mini-ardenne !
Ajouter au panier

La Réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre

La Réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Lanaye
Visé
Cette colline escarpée façonnée par la Meuse et le Geer, limite entre Hesbaye et Pays de Herve, est caractérisée essentiellement par son sol calcaire, engendrant toutes sortes de phénomènes naturels exploités par l’homme depuis très longtemps.
La montagne toute entière est limitée à l’est par la Meuse et à l’ouest par le Geer. Le canal Albert coupe la montagne en deux sur 1300 mètres et sur une hauteur de 65 m. Elle s’étend à la fois sur les territoires belge et néerlandais.
La réserve naturelle couvre quant à elle une quarantaine d’hectares sur le flanc mosan du plateau calcaire.

L’appellation Montagne Saint-Pierre provient du nom d’un village proche de Maastricht.


La partie la plus haute en altitude se situe aux Pays-Bas au niveau de la colline De Observant qui culmine à 171 m.

Avant que les continents ne trouvent leur position actuelle, en dérivant au fil des millions d’années, la région était recouverte par la mer, à l’ère du crétacé supérieur. Le cycle de la vie et de la mort de milliers d’animaux marins et surtout de nombreux unicellulaires à squelettes calcaires, ont laissé de vastes dépôts qui ont été érodés au fil du temps par la Meuse, creusant son sillon. On retrouve ainsi dans la roche, des fossiles d’animaux marins comme des oursins ou des coquillages. On retrouve même des dents de requins ou des pinces de crabe !

Cette zone a longtemps fait l’objet d’un pâturage ovin. Cela engendrait une végétation plutôt basse de plantes à fleurs. Mais une fois cette pratique abandonnée, les graminées reprennent le dessus, puis les arbustes tels que les ronces, les aubépines et les pruneliers, puis la forêt dont le bouleau est généralement la première espèce à pousser. Chênes, érables, charmes et merisiers venant en général en dernier lieu.

On essaye parfois de retrouver les pelouses calcaires du premier stade, assez rares et riches en espèces végétales ; soit par le fauchage, soit en rasant les arbustes, soit en coupant des arbres selon le stade d’évolution de la végétation.

La légende raconte que lors des invasions barbares, à la chute de l’empire romain d’occident, la Montagne Saint-Pierre s’est appelée Montagne des Huns, ayant été conquise par les hordes de barbares. Elle est devenue la Montagne Saint-Pierre en rappel de l’évêque de Maastricht Servais qui, ayant eu une vision de l’invasion des Huns, s’était rendu sur la tombe de Saint-Pierre, afin de le prier d’éviter des souffrances aux habitants. Il n’a cependant pas été exaucé.
Préhistoire : avant -3000 (premières écritures)
Antiquité : -3000 à 476 (chute de l'empire romain d'occident)
Moyen-Age : 476 à 1453 (chute de l'empire romain d'orient)
Temps modernes : 1453 à 1789 (Révolution française)
Epoque contemporaine : 1789 à 1945 (Fin de la seconde guerre mondiale)
Histoire récente : 1945 à nos jours
-400000
Premières traces de la présence humaine.
-350000
La mer s’est entièrement retirée de la région. La Meuse et le Geer déposent d’épaisses couches de graviers roulés.
-115000
Le vent dépose une couche de limon. Ce dernier a été arraché des moraines de glaciers présents à cet endroit lors des glaciations.
-4000
Les premiers puits verticaux sont creusés par l’homme, au néolithique.
-40
Les gallo-romains créent des galeries afin d’exploiter le tuffeau, une pierre crayeuse très facile à tailler.
1780
Le Docteur C.K.Hoffman découvre une mâchoire de mosasaure, un reptile préhistorique géant.
1795
Les restes du dinosaure sont transférés au Musée national d’histoire naturelle de Paris.
1900
L’exploitation minière prend fin au profit d’exploitations sous la forme de carrières à ciel ouvert. De la craie en sont extraites, participant à la fabrication du ciment, d’où l’avènement d’immenses cimenteries aux alentours.
1920
On commence à exploiter la marne en ouvrant de gigantesques carrières à ciel ouvert.
1929
La tranchée de Caster est creusée dans le cadre de la construction du Canal Albert.
1978
La réserve naturelle est créée en convention avec la ville de Visé qui est propriétaire du site, ainsi qu’avec l’association Réserves Naturelles et Ornithologiques de Belgique.
1981
La réserve est classée comme patrimoine exceptionnel de Wallonie.
1992
Dans la partie située derrière la frontière néerlandaise, l’association Natuurmonumenten rachete pour un florin symbolique tous les terrains d’intérêt écologique détenus par la province.
jun
2012
Des vautours fauves sont aperçus sur les falaises du site, constituant la zone la plus au nord de leur présence.
Ajouter à mes favoris

Ajouter une ligne du temps

Ajouter un lien