mini-ardenne
menu
connexion
mon panier

Voir toutes mes balades

Ajouter ma balade

Gérer mes favoris
Voir mon profil

Gérer mon profil
×
Se connecter






×
Pas encore inscrit ?

Mot de passe oublié ?
Formulaire d’inscription








2 x 7 =

Un e-mail va être envoyé à cette adresse.
Il contient un lien sur lequel vous pourrez cliquer pour activer votre inscription.


×
Réinitialisation du mot de passe
Un e-mail automatique va être envoyé à l’adresse sur laquelle vous vous êtes inscrit.

En cliquant sur le lien qu'il contient, vous pourrez ensuite régénérer un nouveau mot de passe.


×
×

Découvrez cette région de fond en comble avec des dizaines de combinaisons de balades personnalisables sur notre carte mini-ardenne !
Ajouter au panier
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)

Le Site mégalithique de Wéris

Le Site mégalithique de Wéris
CC BY-SA 3.0 Ingrid Beullens

Sur les traces de l’homme du Néolithique

Ajouter à mes favoris
Les caractéristiques de la balade
km
8.7
facile
197
200
Cette région calcaire et fertile, la Calestienne, a été marquée vers la fin du Néolithique, soit environ vers 3000 avant Jésus-Christ (lorsque la préhistoire touchait à sa fin), par une sédentarisation de l’homme.

Celui-ci a donc laissé des traces bien tangibles à travers champs, grâce aux dolmens et aux menhirs.
Les premiers ont une fonction nécrologique, pour y ensevelir des morts. Les seconds une fonction pratique, pour marquer des limites territoriales ou pour commémorer un événement.

Disposés selon un alignement géographique qui n’est pas dû au hasard, cette balade propose d’en faire le tour (en partie car la zone s’étend jusque Heyd voire jusqu’à Ozo), pour découvrir les vestiges massifs étonnants de cette ère lointaine, en partant de son centre névralgique : Wéris.
Le matériel
Le départ de la balade

Wéris

Durbuy

Jean-Pol Grandmont
Wéris est un village de la commune de Durbuy, situé sur les hauteurs de l’Ourthe, à l’est de Durbuy.
Il est connu pour son site mégalithique.
Ces pierres, souvent en poudingue, s’étendent sur plusieurs hectares, jusqu’au village d’Oppagne au sud et jusqu’à celui d’Ozo au nord.
Il s’agit de la plus grande concentration du pays.

Un musée consacré y fait la part belle au centre du village.

Son église date du 11è siècle. Un château du 17è et de nombreuses bâtisses en moellons de grès et calcaire ou en colombage, font tout le charme rustique et coquet du village. Son homogénéité et ses décorations florales lui permirent dès 1995 de faire partie des villages élus parmi les plus beaux de Wallonie.
Le point d’intérêt principal
1
POI
Ingrid Beullens
Wéris 1
Ce dolmen a été signalé pour la 1è fois dans un article datant de 1879 mais il était vraisemblablement déjà connu. On y retrouva des ossements, des tessons de poterie, des silex taillés, un grattoir, des percuteurs et des pointes de flèche.
La balade
km
0
Jean-Pol Grandmont
Cette église romane date de 1050. Les 3 nefs se terminent par un chœur semi-circulaire flanqué d’une chapelle gothique (16è) et de la sacristie (20è).
Autrefois, l’épaisse tour carrée servait de refuge aux habitants.
Elle subit d’importantes modifications aux 16è et 17è siècles.

A l’intérieur se trouvent une statue de Sainte-Walburge (16è), une statue de Saint-Roch (école de Deltour), une Vierge à l’Enfant (école de Deltour) ainsi qu’une théothèque gothique.

Le Chemin de croix est de N. Randaxhe (1972).
Localiser
km
0.1
Jean Housen
Aller voir les infos complé-
mentaires
Musée illustrant la vie quotidienne et les pratiques funéraires des sociétés néolithiques d’agriculteurs éleveurs, bâtisseurs des mégalithes en Europe occidentale.
On y présente du matériel archéologique, des maquettes, des panneaux didactiques.
On y projette une cassette video sur le néolithique.
Des expositions temporaires ont également lieu.
Localiser
km
1.4
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Ce bloc de poudingue forme vaguement un lit.
Il est à l’origine d’une légende qui raconte la rencontre d’un meunier avec le diable.
La légende raconte qu’un jour d’été très sec, un meunier établi sur l’Aisne manquait d’eau pour son moulin.
Satan lui propose alors de construire une digue en une seule nuit s’il lui livre son âme.
Le meunier accepte mais seulement après avoir pu vérifier le résultat. Le lendemain matin, le travail accompli, le diable vient réclamer son dû mais c’est le chien du meunier qui arrive à sa place.
Trompé, Satan fou de colère détruit la digue qu’il avait construite mais éreinté, il se couche sur la pierre qui porte à présent son nom.


A voir à Roche-à-Frêne, les restes de la digue.
Localiser
km
1.6
CC BY 4.0 Butaes
Ce long bloc de poudingue dressé et blanchi est appelé aussi "Pierre des Ancêtres" ou "Menhir Blanc", au sommet de la colline dominant le paysage.
La légende raconte que la Pierre Haina cache un trou descendant vers l’Enfer.
Parfois, le démon soulève la pierre pour sortir à l’air libre et se livrer à ses oeuvres maléfiques. Il se repose ensuite sur son lit à quelques pas de là, le Lit du diable.


Une tradition veut que la Pierre Haina soit blanchie tous les ans à l’équinoxe de printemps, le 21 mars, manière de "purifier" l’endroit et en tenir le diable éloigné.
Cette tradition, oubliée un certain temps a été rehabilitée en 1975.

On l’appelle aussi "Pierre du Boussu Curé" car elle serait le résultat d’un châtiment divin : un prêtre ayant blasphémé à cet endroit aurait été pétrifié.

Elle était connue des bâtisseurs de mégalithes au Néolithique. Peut-être l’ont-ils prise comme point de repère pour positionner certains dolmens ou menhirs.

Localiser
km
4.1
Autrefois situé dans un paysage ouvert mais à présent couvert de végétation, ce gros bloc émergeant d’un banc de poudingue constituait un point de repère de choix.
Localiser
km
4.9
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Localiser
km
6.4
CC BY 3.0 Jean-Pol Grandmont
Ces trois menhirs ont été restaurés et redressés. Ils ont été découverts en 1888 par Monsieur Moreels.

Localiser
km
7.2
MAT44
Ce dolmen composé d’une chambre sépulcrale collective rectangulaire enfermée entre quatre piliers sur lesquels sont posées deux dalles de couverture.
Le plan du dolmen d’Oppagne ou Wéris sud (Wéris II) est similaire à celui du dolmen de Wéris ou Wéris nord (Wéris I), dont il est distant de 1500 m. Un vestibule ou antichambre, une chambre sépulcrale, une grande dalle postérieure posée à plat. Sa particularité est d’être édifié dans une tranchée creusée transversalement par rapport à la pente du terrain. Cette tranchée d’implantation a été clairement reconnue lors des fouilles. Elle était de 1 à 1,5 m plus large que le noyau du monument.

La chambre, longue de 5 m, large de 1 m près du chevet et de 1,80 m à l’entrée, et haute de 70 à 90 cm, est composée de piliers à droite et à gauche, soutenant trois dalles de couverture (contre deux à Wéris I) et de la dalle de fermeture du chevet .
Les intervalles entre les piliers devaient être bouchés par un remplissage de blocailles.
Derrière l’allée, la fonction de la grande dalle posée sur le sol n’a pas été résolue.

Le dolmen a été découvert en 1888 par un paysan qui labourait son champ à 300 m environ, en face du menhie Danthinne. Il s’agit probablement de Félix Lambert, fils d’Antoine Lambert, cultivateur à Wéris. Il buttait constamment avec sa charrue en labourant sur des pierres enterrées profondément. Le dolmen a été édifié dans une tranchée et recouvert d’un tertre.
Félix et son frère décident alors d’éliminer ces obstacles. Ils commencent à dégager les pierres supérieures. Félix constate alors la similitude avec la disposition du dolmen de Wéris, découvert quelques temps auparavant. Il comprend qu’il vient de mettre à jour le dolmen Sud : le Dolmen d’Oppagne.
Le commissaire-voyer de Barvaux Charneux continue le dégagement du monument.
Des morceaux d’un vase sont également retrouvés. Ils sont datés entre 2870 et 2300 avant JC, à l’âge du néolithique.
On y retrouve également un grattoir, un racloir et un percuteur, une pointe de flèche à pédoncule, et des tessons de poterie typiques de la "Civilisation des Gobelets", trace possible de la réutilisation ultérieure du site par rapport à l’origine.
Le dolmen est restauré dans la mesure du possible dans sa configuration originelle. Il est mis en valeur et il est sécurisé.

Localiser
km
7.6
Jean-Pol Grandmont
Aller sur Google Street View
Ce menhir de 3,6 m de haut pèse environ 8 tonnes. Il est érigé le long de la grand route Barvaux - Erezée.
En 1983, 2 autres menhirs ont été dégagés à 50 m du précédent et transplantés sur la parcelle du domaine de Wéris.
L’un d’eux avait été brisé et basculé dans une fosse d’enfouissement : sa base est toujours en place. Il a une hauteur de 2,15 m après reconstitution.
L’autre menhir, érigé à 1 m au sud du précédent, dans une fosse délimitée sur trois côtés par des blocs de calage et sur le 4ème par une dalle. Dressé, il mesure 2,34 m.
Ces deux menhirs ne peuvent être redressés à leur emplacement originel. Ils sont entreposés dans la parcelle du dolmen de Wéris, derrière le monument.
Les deux menhirs sont ramenés à Wéris I.
D’autres blocs sont également répertoriés par le géologue Xavier Stainier mais certains ont disparus, pour des besoins plus pragmatiques liés à l’agriculture.

Localiser
L’arrivée de la balade
km
8.7

Wéris

Durbuy

monument site archéologique pique-nique gîte chambre d’hôtes restaurant église musée
Jean-Pol Grandmont
Localiser
Les autres balades à proximité
Le nombre à droite de la localité de départ représente la distance par rapport à cette balade.
8
balades
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Une rando d’une gare à une autre (pro)
km
26
hard
Périple entre Ourthe et Amblève
CC BY 3.0 Jean Housen
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)
km
4.3
medium
Tour d’inspection
CC BY-SA 3.0 Jean Housen
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)
km
4.5
medium
Autour du Centre d’éveil à la nature et au développement durable
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)
km
7.7
medium
Les hauteurs de l’Aisne et le Ruisseau du Pont-le-Prêtre
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)
km
8.1
sustained
Comme à Venise !
Public Domain Romaine
Une rando en boucle pour petits et grands sportifs (pro)
km
10.8
hard
Une perle de l’Aisne qui se mérite !
CC BY-SA 4.0 Amaury Duhameau
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)
km
5.7
medium
Le tour de la plus petite ville du monde
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)
km
4.3
medium
En complément d’une foule d’activités
Les logements à proximité
6
établissements
Des constructions en bois à l’architecture exceptionnelle dans le thème du fantastique !
Les ravitaillements à proximité
2
établissements
Une ferme du 19è transformée en un cadre féérique, un endroit hors du temps.
La carte
1
carte
Durbuy
Durbuy
La plus petite ville du monde dans son écrin de nature
L’Ourthe de Melreux-Hotton à Hamoir en passant par Barvaux, Bomal, Logne, Sy et Verlaine. L’Aisne de Blier à sa confluence avec l’Ourthe. Le Val de la Lembrée avec Ferrières et Vieuxville. Sans oublier le site mégalithique de Wéris.
Bonne route !